P8060023P8060024

Ganvié est le premier site touristique du Bénin: en pleine saison ce sont près de 200 touristes par jour qui viennent visiter la "Venise de l'Afrique", village sur pilotis auquel on accède en pirogue. Accompagnés de Gaet, sa soeur et sa copine, nous y avons fait un petit tour sur invitation de Eco-Bénin. (De gauche à droite sur la photo: Flore la soeur, Flore la copine, Damien, Anael, Pierre et Gaet).
Autant dire que c'est superbe...
P8060006Mais il y a un problème: tout le développement touristique du lieu s'est faitP8060020 de manière inorganisée et surtout sans aucune consultation de la population locale, parmi les plus pauvres du pays car ils ne peuvent pas cultiver et le poisson se fait de plus en plus rare.
Le principe, c'est d'emmener les touristes en bateau pour se balader dans le village, acheter quelques souvenir et voir à quel point c'est beau et comme les gens sont pauvres. Les guides se battent pour emmener les gens, n'ont aucun respect pour les locaux et font pression sur les hôteliers et les restaurateurs.

Résultat il n'y a aucune retombée pour les villageois, qui voient défiler des hordes de touristes dans des bateaux avec des appareils photo braqués dans toutes les directions. Pas de contact ni de dialogue, sauf des fois les gens jettent des stylos ou des sous. Du coup c'est l'endroit le pire de toute cette année d'agrotour au niveau mendicité et incompréhension entre touristes et villageois. "Yovo cadeau" (Yovo veut dire blanc) et "donne l'argent" sont presque les 2 seules phrases que les villageois adressent aux touristes. L'année dernière ils ont jeté des pierre et interdit la visite, mais ils ont cédé sous la pression du ministère du tourisme.Le ministère a décidé d'intervenir, et voilà le résultat: unP8060001 grand panneau avec des prix fixés pour les visites, et un gars payé pour récolter les 25% que le ministère s'octroie en échange. L'embarcadère est sale, très mal organisé mais il est interdit d'embarquer des touriste d'un autre endroit, car l'agent ne pourrait percevoir sa dîme...

Nous sommes allés là-bas avec Gauthier, le coordinateur d'Eco-Bénin (voir articles précédents) qui cherche à agir pour trouver des solutions, notamment dans son travail avec Christopher, le gérant d'un des hôtels de Ganvié: favoriser la rencontre entre touristes et locaux, reverser une partie des bénéfices aux villageois pour des projets précis comme la lutte contre les jacinthes d'eau, qui envahissent les eaux. Les batons dans les roues sont nombreux, et le touriste compréhensif rare. Par exemple un groupe de noirs américains, qui étaient avec nous dans l'hôtel,PICT0124 avaient amené plein de stylos qu'ils sont allé jeter cérémonieusement aux enfants...
Nous sommes allés voir la fin d'un match de foot (annulé pour cause d'envahissement de stade par le public durant la séance de pénaltys), et vraiment la sollicitation était rude, des dizaines d'enfants qui n'ont qu'un seul mot à la bouche: cadeau le blanc, donne l'argent. Dur dur... Du coup Damien a tenté une petite danse pour changer de sujet, mais ça a pas duré longtemps...

Bref un bilan vraiment peu glorieux du tourisme, à qui je décerne la palme agrotour de la pire gestion touristique.